Please follow and like us:

  • 0
  • Share

La Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB) existe depuis 1941 et regroupe plus de 450 associations dont la très active Vélocité à Montpellier.

Une manifestation cycliste organisé par Vélocité en novembre 2019 pour placer la question vélo au coeur des Municipales.
Une manifestation cycliste organisé par Vélocité en novembre 2019 pour placer la question vélo au coeur des Municipales.

Montpellier accueillera au Corum et à l’Hôtel de Région, du 1er au 4 juillet, le 21e congrès annuel de la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB). Un choix qui vient valider la politique vélo mise en place par la Métropole de Montpellier et récompenser l’activisme de l’association Vélocité.

Le vélo dans le débat politique

« Le vélo : nouvelle ère ? ». C’est la question que se poseront les participants du 21e congrès annuel de la FUB. Après Bordeaux en février 2020, Montpellier sera durant quatre jours le centre national de plus de 450 associations cyclistes. « C’est un nouveau départ et c’est très enthousiasmant d’être à Montpellier. Ce qu’a fait Vélocité à partir de 2019 inspire en France et même au-delà de nos frontières. C’est à dire dynamiser, mettre le vélo dans le débat politique. Être à Montpellier, c’est tout sauf du hasard. C’est vraiment pour que la France entière puisse sentir les changements fournis par le travail de Vélocité », salue Olivier Schneider.

Objectif 2024

« À Montpellier, nous avons conscience que nous avons beaucoup de retard sur la place faite au vélo dans notre ville et dans l’intercommunalité par rapport à d’autres » concède Michaël Delafosse qui cite en exemple Paris, Grenoble et Strasbourg avant de poursuivre : « Mais nous avons aussi beaucoup de chance car nous avons une société civile, je pense à Vélocité et l’ensemble de ses membres, qui contribue au débat public autour du vélo et qui doit être salué ».

Depuis son élection, Michaël Delafosse – avec Julie Frêche, déléguée au Transport et aux Mobilités actives à la Métropole et Manu Reynaud, délégué à la Ville apaisée et respirable – mène une politique visant à diminuer la place de la voiture en accordant une importance majeure au vélo. Moins chahuté que son prédécesseur par Vélocité et conforté dans ce sens par la FUB, Michaël Delafosse regarde désormais vers 2024 et ambitionne d’accueillir à Montpellier le congrès mondial Vélocity.

« Entre maintenant et 2024, nous aurons beaucoup travaillé. Les pistes transitoires se transformeront pour mettre en sécurité les usagers du vélo » explique le président de la Métropole qui met également en avant les 150M€ d’investissement consacrés à cette politique vélo durant le mandat et le développement d’alternatives à la voiture comme le tramway avec la ligne 5, les futurs lignes de bus à haut niveau de service et bien évidemment la gratuité des transports en commun pour les habitants de la Métropole. Avec un dernier argument asséné : « Près d’1Md d’euros, un chiffre exceptionnel, seront consacrés durant le mandat à l’ensemble des mobilités ».

L’aide de 500€ pour l’achat d’un VAE jusqu’au 31 décembre

Michaël Delafosse a rappelé le montant, 1 150€, d’aides cumulées entre la Région, le Département et la Métropole pour l’achat d’un vélo à assistance électrique. Ainsi, l’aide de 500€ mise en place par la Métropole de Montpellier a bénéficié à 8 000 personnes dont la moitié dans la ville centre et l’autre moitié dans les autres communes de la métropole. Cette aide devant s’arrêter le 31 août est prorogée jusqu’au 31 décembre. « Nous avons les crédits pour le faire. Et plus il y a de cyclistes, mieux c’est. On veut accompagner ce mouvement » précise Michaël Delafosse qui pointe cependant la pénurie de vélos auprès de certains vélocistes.

Un programme d’accompagnement pour les employeurs

Le 21e congrès de la FUB sera l’occasion d’effectuer le lancement officiel du label et du programme Objectif Employeur Pro Vélo qui bénéficie d’un budget de 40M€ pour accompagner 4 500 employeurs publics, privés ou associatifs dans des actions en faveur vélos.

« Il s’agit d’être dans une écologie positive et pas punitive. On ne va pas imposer des choses aux employeurs met on va les accompagner financièrement et en terme d’ingénierie » explique Olivier Schneider qui poursuit : « C’est un programme sur mesure s’adressant à la fois aux grands groupes comme aux PME avec un accompagnement personnalisé ».

Le ministère de la Transition écologique ayant confié ce dossier à la FUB, la ministre Barbara Pompili pourrait faire le déplacement à Montpellier. Michaël Delafosse annonce que la Métropole et la Ville montreront l’exemple auprès de ses 7 000 agents et se fera l’ambassadeur sur le territoire de ce programme auprès des employeurs.

Des générations vélo

Deux autres programmes seront également présentés dont Génération Vélo, doté d’un budget de 21M€, pour « former des intervenants afin d’avoir chaque année de nouvelles générations vélos soit 850 000 enfants en France dont 2 300 à Montpellier » détaille Olivier Schneider. Dans le même ordre d’idée, la Ville réalise déjà un travail pédagogique autour du vélo et sa pratique, opéré cette année dans 34 classes de CM1 et CM2. Pour poursuivre dans ce sens, un travail de sécurisation du cheminement vers les établissement scolaires sera mené tout au long du mandat.

Pour mener à bien son ambition, la Métropole de Montpellier s’est adjoint les services du Copenhagenize, une référence en matière de mobilités cyclables. Avec Olivier Schneider à ses côtés, Michaël Delafosse a également un partenaire de choix. « C’est pour nous une chance que la FUB, avec son expertise citoyenne très riche et sa connaissance, nous accompagne à la fois pour agir juste et aller loin et pour que cette ville, qui a 360 jours de soleil par an et un potentiel cyclable extraordinaire, se libère complètement » ne manque-t’il pas de saluer.

Et si les réticences peuvent encore exister, autant que les obstacles à lever, quant à la transition à mener, le mouvement est enclenché par la collectivité. Dans une démarche rassurante, Olivier Schneider plaide en faveur de la petite reine : « L’avenir, si on le fait bien, sera différent mais en mieux. La bicyclette permet de se projeter sur le fait que protéger le climat, la biodiversité, mieux gérer les ressources naturelles, ce n’est pas une punition. La vertu pédagogique et de retrouver de l’espoir avec le vélo est très intéressante ». Ce que ne manquera pas de démontrer le 21e congrès de la FUB.

Please follow and like us:

  • 0
  • Share
CONTACT

Abonnez-vous à notre newsletter !