Est-ce une rivalité inconsciente avec Marseille, où se multiplient les bons spots gastronomiques ? Toujours est-il que la scène montpelliéraine est en pleine effervescence, à l’image de son dynamisme culturel habituel (hors période de pandémie, évidemment) !

L’arrière-pays montpelliérain, plus peut-être que son littoral, est un pays de Cocagne où se côtoient fruits et légumes du soleil, olive de compétition (la lucques), viandes de moyenne montagne issus d’élevage respectueux, fromages de petits producteurs et des vins qui mettent en émoi (y compris notre portefeuille).

Ainsi donc Reflet d’Obione et son chef Laurent Cherchi, Leclere et son chef Guillaume Leclere, Pastis et son chef Daniel Lutrand gagnent la précieuse distinction grâce à leur cuisine moderne et savoureuse, basée sur ces produits de première fraîcheur, issus de circuits courts et locaux. Parallèlement, six autres restaurants décrochent l’assiette grâce à leurs petits plats et leur cuisine de qualité : L’Arbre, Chez Delagare, Abacus, Ébullition, Mahé et Soulenq.

CONTACT

Abonnez-vous à notre newsletter !