Please follow and like us:

  • 0
  • Share

Gardiennes du sanctuaire, les statues vont servir d’abri aux animaux et aux végétaux marins © J. de Caires Taylor

Le grand jour est arrivé ! Jeudi 28 janvier 2021, les sculptures de l’écomusée sous-marin de Cannes, réalisées par le célèbre artiste international britannique Jason deCaires Taylor, amoureux de la ville, ont pris place à quelques dizaines de mètres du rivage de l’ile Sainte-Marguerite. Les six cannois qui avaient prêté leurs traits à l’artiste étaient présents pour l’immersion qui concrétise aujourd’hui à Cannes, à l’initiative de son maire David Lisnard, le premier écomusée sous-marin de France et de Méditerranée de ce sculpteur de renom.

Fabriquées dans un matériau écologique, les statues seront propices au retour de la faune et de la flore subaquatiques qui réinvestira progressivement la zone autour des œuvres, sanctuarisée pour la baignade et largement agrandie à cette occasion.

« Quelle joie de pouvoir contempler l’aboutissement de ce magnifique projet ! Mêlant beauté et pédagogie, l’écomusée sous-marin de Cannes symbolise mon attachement à deux valeurs fondamentales : la nécessité culturelle et la préservation de l’environnement. L’œuvre de Jason deCaires Taylor est une œuvre forte, artistique et écologique, immergée dans un environnement précieux, où les fonds marins ont été restaurés et sont désormais protégés.

En 2015, j’avais été frappé par les images de son travail au Mexique. Elles étaient puissantes et oniriques, avec une vraie dimension écologique. L’installation des sculptures à Cannes sanctuarise aujourd’hui une zone de baignade agrandie, un écrin propice à la découverte de la vie sous-marine. Les eaux y sont claires, le sol, sablonneux, les statues devraient pouvoir jouer leur rôle d’hôtes pour la faune et la flore. Nous y avons interdit le mouillage des bateaux. Ce sera un endroit réservé à la baignade, aux nageurs venant du rivage à une centaine de mètres de là.

Le traitement des visages proposé par l’artiste, à la fois poétique et grave, est une ode à la splendeur de la biodiversité marine et au devoir de la protéger. »

David Lisnard, maire de Cannes

page1image37744416

page2image37481856

L’immersion des œuvres © J. deCaires Taylor

Enthousiasmé par l’idée de David Lisnard qui avait proposé le sculpteur de réaliser son premier écomusée sous-marin de France et de Méditerranée à Cannes, Jason deCaires Taylor, dont la démarche sociétale et environnementale a fait le tour du monde, a imaginé pour la ville une œuvre inédite inspirée par le thème du masque.

D’une hauteur de deux mètres et d’environ dix tonnes chacune, les six statues composant le musée ont été fabriquées dans du matériau marin écologique à PH neutre offrant un refuge à la vie subaquatique. Immergées à une distance allant de 84 à 132 mètres du rivage et une profondeur de 3 à 5 mètres, les sculptures sont accessibles au plus grand nombre de plongeurs équipés simplement d’un masque et d’un tuba. La thématique, choisie conjointement par le Maire de Cannes et par l’artiste, évoque le mystérieux Homme au masque de fer, qui fut emprisonné onze ans sur l’île, et rend aussi hommage au 7e art dont Cannes est l’écrin.

Les six visages ont été transportés par barge puis immergés à proximité du rivage sud de l’île Sainte-Marguerite, dans une zone réservée aux baigneurs qui a été agrandie pour les accueillir.

Exclusivité française et méditerranéenne de l’artiste, cette œuvre accessible à tous a pu aboutir grâce à la ténacité de David Lisnard face à de longues procédures d’autorisations administratives nécessaires à la concrétisation de ce projet municipal unique en France.

© J. deCaires Taylor

La première œuvre de Jason deCaires Taylor en Méditerranée est à Cannes, au sud de l’île Sainte-Marguerite

Jason deCaires Taylor est un artiste britannique mondialement renommé pour la qualité de son travail et son engagement actif en faveur de la protection des milieux sous-marins. Il a peuplé de ses silhouettes troublantes les eaux de Lanzarote, de la Tamise, des Bahamas, de Cancun, d’Oslo et de Grenade (œuvre désignée par le magazine National Geographic comme l’une des 25 merveilles du monde) et c’est à Cannes que Jason deCaires Taylor installe ses nouvelles créations. La cité des festivals est ainsi la seule ville de France et de Méditerranée à proposer un tel musée artistique et écologique sous-marin.

De nature évolutive, ses œuvres écologiques et poétiques constituent des récifs servant de refuge à la vie sous-marine et sensibilisent le grand public à la nécessité de préserver la biodiversité marine.

L’extension de la zone protégée interdite aux mouillages sur un emplacement judicieusement choisi pour restaurer la biodiversité sous-marine

Le choix de l’emplacement des six sculptures s’est porté vers un site fortement anthropisé et dégradé, facilement accessible, ne nécessitant pas de matériel de plongée puisqu’un simple masque et un tuba sont suffisants. Son accès est gratuit et sanctuarisé par une interdiction de mouillage des navires. La zone de baignade (interdite au mouillage) au sein de laquelle ont été implantées les sculptures, est quadruplée et étendue à 29 000 m2, ce qui représente une plus-value en matière

paysagère et environnementale pour ce site classé Natura 2000.
Le musée immergé écologique est en harmonie avec les activités de pêche et de plongée, et propice aux habitats des espèces animales et végétales à l’origine du classement du site. La mise en œuvre du projet s’accompagne d’un suivi écologique régulier de l’écosystème sous- marin de l’archipel des Iles de Lérins. Il constitue un observatoire privilégié de l’évolution de la biodiversité marine, cohérent avec la volonté de la Mairie de protéger cet espace naturel qui a d’ailleurs fait l’objet d’un nettoyage complet en octobre 2019, en partenariat avec ENEDIS.

The Silent Evolution (détail nocturne) Museo Subacuático de Arte Récif de Los Manchones, Mexique 2010 Profondeur 8 m © Jason deCaires Taylor

Les masques : un thème propre à Cannes

Le thème des masques, choisi en collaboration avec la Mairie de Cannes, est un écho à l’histoire et au patrimoine culturel de la ville en faisant référence au fameux « Masque de Fer », célèbre prisonnier enfermé dans la prison d’État de l’île Sainte-Marguerite de 1687 à 1698. Figure emblématique de l’histoire locale, le Masque de Fer est également un symbole internationalement reconnu, invoqué depuis le 18e siècle pour dénoncer l’arbitraire du pouvoir absolu. En outre, ce thème entre en résonance avec le 7 e Art, dont Cannes est la capitale mondiale avec le Festival de Cannes, indissociable de l’histoire de la ville, et le projet de création d’une filière d’économie créative « Cannes on air ».

Les sculptures évolueront avec le temps, se recouvrant d’algues, de coquillages et de coraux, devenant ainsi partie intégrante de l’écosystème marin local car leur texture rugueuse et leurs recoins permettent à la faune et à la flore marines de s’y réfugier et d’y prospérer.

Une œuvre totalement nouvelle, créée en exclusivité pour la ville, avec la participation de Cannois

Du 2 au 4 juillet 2018, à l’occasion d’une exposition estivale rétrospective des œuvres de Jason deCaires Taylor au Musée de la Mer, l’artiste international avait installé un atelier éphémère au Fort de l’île Sainte Marguerite. Pendant trois jours, l’artiste et ses deux assistantes ont réalisé 45 moulages de visages de Cannois volontaires.

Parmi eux, l’artiste a sélectionné six modèles représentatifs de la diversité de la population cannoise, voici leurs noms et leur âge au moment du moulage :

  • –  Maurice MERENDA, 78 ans, marin-patron pêcheur ;
  • –  Eugène KUSTOV, 30 ans, autoentrepreneur ;
  • –  Anouk VANGHENT, 7 ans, écolière en CP à l’époque ;
  • –  Nour BRADAI, 20 ans, étudiante ;
  • –  Marion BEAUDIN, 29 ans, médiatrice culturelle ;
  • –  Dominique ROYAL, 54 ans, salariée.Des actions d’éducation artistique et culturelle (EAC) ont accompagné la création du musée sous-marin de Jason deCaires Taylor

    À Cannes, ville 100% EAC grâce à la volonté de David Lisnard, la direction municipale de la culture a saisi l’opportunité de la création de l’écomusée sous-marin pour proposer des actions transversales de médiation culturelle. Ainsi, une classe de 3e de l’Institut Stanislas de Cannes suit l’artiste tout au long du projet et les élèves ont pu réaliser une interview de Jason deCaires Taylor sur la zone de chantier au Port Canto en octobre 2020. Les enfants ont ainsi pu appréhender la démarche créatrice de l’artiste, le choix du thème retenu et, plus largement, les enjeux environnementaux évoqués dans son œuvre.

    Un projet municipal soutenu par des mécènes attachés à la valorisation culturelle et à la préservation de l’environnement

    L’écomusée sous-marin de Cannes a coûté 315 K€. Ce montant comprend la conception, la fabrication et l’installation des sculptures.
    La Mairie de Cannes remercie les mécènes qui participent à la réalisation de l’écomusée sous-marin, que ce soit financièrement (20 K€ par mécène soit 60 k€ au total pour l’instant) :

    • –  Madame Lia RIVA
    • –  un couple de nationalité belge amis de Cannes
    • –  SUEZ EAU Franceou par des dons en nature :
    • –  ENEDIS (nettoyage de la zone d’implantation)
    • –  GARELLI TP (mise à disposition de personnel, fourniture et livraison de pierres naturelles pour les bases des sculptures).

Please follow and like us:

  • 0
  • Share
CONTACT

Abonnez-vous à notre newsletter !